Elixir Aircraft - Achat d'un avion : ce que vous devez savoir.
Tout ce que vous devez savoir avant d'acheter un avion

Achat d’un avion : ce que vous devez savoir.

2 Elixir en patrouille au lever du soleil

Vous envisagez d’acheter un avion neuf ou d’occasion ? Tarifs, modèles et formules, nous vous aidons à faire le bon choix !

Pourquoi acheter un avion ?

L’achat d’un avion représente pour beaucoup de pilotes le rêve d’une vie. Pour les aéroclubs, c’est un investissement qui doit également être mûrement réfléchi, cette décision impactera l’activité du club et de ses membres. C’est le moment de vous lancer, mais acheter un avion ne se fait pas sans préalablement étudier la question en profondeur. Avant de sortir le chéquier, faisons le tour de la question !

En amont de l’analyse et de la comparaison de différents modèles, il y a un point qu’il est essentiel de garder en tête : la sécurité. Elle doit être votre critère n°1 dans le choix d’un avion, peu importe la fréquence à laquelle vous l’utiliserez ou l’usage que vous en ferez. Une fois cela dit, nous pouvons distinguer trois types d’usage :

  • Acheter un avion de tourisme pour… le tourisme

Voler pour s’évader, voler pour rêver, ou voler pour découvrir sa ville ou sa région depuis le ciel. Le tourisme en vol local est sans doute l’utilisation la moins demandeuse lorsque l’on souhaite se lancer dans l’achat d’un avion. Au-delà des critères sécurité et économiques que nous verrons plus bas, l’aspect le plus important sera la bonne visibilité pour profiter pleinement de la vue !

  • Acheter un avion de formation pour… la formation

La formation est l’activité qui sera la plus exigeante avec votre avion. Que ce soit au niveau de l’ergonomie, de la sécurité, de la robustesse ou des coûts, acheter un avion pour de la formation vous demandera un effort de recherche et d’analyse supplémentaire.

  • Acheter un avion de voyage… pour le voyage

Bon nombre de pilotes ne se contentent pas de vols locaux, et le voyage reste en général la raison principale pour laquelle on passe sa licence de pilote. Escapade le temps d’un weekend ou déplacements plus longs, acheter un avion vous permettra d’atteindre votre destination plus rapidement et vous permettra à coup sûr de lier l’utile à l’agréable. Avant d’acheter un avion pour voyager, penchez-vous particulièrement (de nouveau) sur la sécurité mais également sur la vitesse de croisière, la charge utile et le confort.

Avant même de vous lancer dans l’analyse et la comparaison de différents modèles, il y a un point qu’il est essentiel de garder en tête : dans tous les cas, la sécurité doit être votre critère n°1 dans le choix d’un avion, peu importe la fréquence à laquelle vous l’utiliserez ou l’usage que vous en ferez.

Vue des marais de la Charente-Martitime depuis le ciel

Achat d’un avion : quel type d’avion choisir ?

Vous avez déterminé la principale utilisation de votre futur avion ? Il est maintenant temps de choisir le type d’avion que vous souhaitez acheter !

Combien de places dans mon avion ?

Biplace, Quadriplace, 2+2, 6 places voire plus… Il faut bien définir son profil de pilote. Etes-vous plutôt solitaire ou famille nombreuse ?
La majeure partie des vols en aviation générale sont réalisés seuls ou à 2. Les cas de 3 ou 4 personnes à bord sont rares. Le choix d’un avion plus gros entraînera de facto des coûts beaucoup plus élevés. Votre avion sera plus complexe, avec un moteur plus gros et donc plus gourmand. Acheter un avion surdimensionné pour son usage est un biais courant, ne tombez pas dans le piège !
En revanche, si vous souhaitez voyager avec votre conjoint(e) et vos deux enfants, le quatre places semble une évidence. Attention toutefois à la masse maximale au décollage de l’appareil que vous choisissez : dans de nombreux cas, vous devrez faire un choix entre passagers, carburant et bagages. Lorsque les enfants sont jeunes, cela ne pose pas de problèmes ; avec deux adolescents à bord, ils se peut que vous n’emportiez plus qu’une brosse à dent si vous souhaitez faire le plein complet.
Acheter un avion suppose au préalable de connaître précisément l’utilisation que vous en ferez, au risque de payer un surcoût pour des places supplémentaires que vous n’exploiterez pas pleinement, voire pour lesquelles vous n’aurez aucun besoin réel. À vous d’être lucide !

 

La sécurité : l’aspect primordial à considérer avant d’acheter un avion

La sécurité est l’élément que vous devez avoir en tête quel que soit l’usage de l’appareil. Lors de votre achat, il est donc primordial de vous assurer de vous orienter vers un avion qui répond bien à cet objectif.

  • Certification

Le premier aspect technique à considérer est la certification de l’avion que vous souhaitez acheter. Certifier un avion permet de s’assurer que l’objectif numéro un du constructeur est votre sécurité. Une certification vous garantira qu’un organisme étatique indépendant (EASA ou FAA par exemple) aura vérifié que votre appareil répond bien à des exigences de sécurité très strictes, hérité de décennies de retours d’expérience d’aviateurs. Pour mieux comprendre, regardons quelles sont les plus connues de ces règlement :

    AESA CS-25 : c’est le plus haut niveau de certification disponible, principalement destinée au transport commercial du fait du niveau de sécurité qu’elle impose. La probabilité que vous achetiez un avion de cette catégorie est assez faible, à moins que vous ne puissiez vous offrir un Airbus…
    AESA CS-23 : Le top de l’aviation générale en VFR, NVFR et même IFR! Les avions star comme le Cirrus SR22, les Pilatus PC-12 ou les Daher TBM sont certifiés dans cette catégorie. Si vous faites de la sécurité votre critère n°1 lorsque vous souhaitez acheter un avion, alors cette catégorie est celle qu’il vous faut.
    AESA CS-VLA : VLA signifie Very Light Aircraft, nous sommes ici dans une catégorie avec des limitation par rapport à la CS-23. La masse maximum autorisé au décollage est de 750 kg, le nombre de places est limité à 2 personnes et seul le VFR et le NVFR sont autorisés.
    AESA CS-LSA : LSA pour Light Sport Aircraft, cette catégorie regroupe de petits appareils souvent issus du monde de l’ULM comme les SportStar, Virus ou PS-28. Encore plus restrictive que la CS-VLA, la CS-LA est aussi réservé au biplace. La masse maximum au décollage est de 600kg, le vol de nuit et en IFR sont interdit et la vitesse de décrochage maximale autorisée volets sortis est de 45kts.

 

Pour finir, vous ne pourrez pas envisager d’acheter un avion sans vous être également renseigné sur le non certifié, à savoir la catégorie ULM (Ultra Léger Motorisé). La chose à garder en tête est qu’un constructeur d’ULM n’est pas tenu de faire de la sécurité son objectif numéro un. Aucune entité indépendante ne vérifie que le constructeur respecte bien les exigences d’un des règlements cités ci-dessus. L’ULM est le monde de la liberté pour un constructeur. Si la performance est sa cible principale, il peut parfaitement le faire au détriment de la sécurité, personne ne lui dira rien. A vous de le savoir et de connaitre vos propres limites !

  • Equipement de sécurité

La certification est importante, pour autant elle ne fait pas tout en matière de sécurité, des équipements non obligatoires peuvent parfaitement être ajoutés si le constructeur le souhaite. La question est : lesquels ? Si on jette un rapide coup d’œil aux derniers rapports de sécurité de la DSAC , les principales causes d’accidents sont les suivantes :

  • Pertes de contrôle
  • Incendies après impact
  • Contacts anormaux avec la piste

Assurez-vous donc que votre appareil soit bien équipé pour vous protéger de ces facteurs. Nous n’allons pas rentrer dans les détails dans cet article, mais voici tout de même quelques équipements de sécurité qu’il est rassurant de trouver dans un avion aujourd’hui :

    Une aérodynamique certifiée décrochage sain et un indicateur d’incidence pour éviter la perte de contrôle,
    Un parachute de cellule en cas de pannes moteur ou systèmes,
    Un réservoir anti-explosion pour éviter les incendies après impact,
    Des volets double-fente contre l’effet de sol et un train oléopneumatique garantissant l’absence de rebond pour lutter contre les contacts anormaux avec la piste

Cette liste est non exhaustive, et ces équipements représentent une véritable couche de sécurité supplémentaire. Ils n’assurent cependant pas toute la sécurité du vol à eux seuls : avant toute chose, se maintenir à niveau en volant régulièrement. Cela sera plus facile si les coûts d’exploitation de votre avion sont faibles, nous allons donc nous intéresser de plus près au (vrai) prix d’un avion.

Avant d'acheter un avion, il est important de faire le bon choix en matière d'équipements

 

Prix d’un avion : combien coûte un avion ?

Le coût d’un avion est LE critère sur lequel vous ferez sans doute votre choix final et sur lequel beaucoup de personnes ne s’attardent pourtant pas assez. La plupart des acheteurs consultent souvent le seul prix indiqué au catalogue du constructeur, sans se pencher sur le coût dans la durée. Il est important de prendre en compte les coûts d’acquisition sans pour autant oublier les coûts d’opération, qui donneront finalement les coûts d’exploitation d’un avion, c’est-à-dire combien il vous coûtera réellement.

Les coûts d’acquisition

Concrètement, les coûts d’acquisition vont regrouper toutes les sources de coûts liés à l’acquisition de votre nouvel avion. En plus du tarif de votre avion de série, il est important de ne pas oublier que l’achat d’un avion est un investissement qui se projette sur plusieurs années, en particulier si vous vous endettez. Afin de définir un coût total réaliste, vous devez tenir compte de la décote de votre machine, de la durée de votre emprunt ainsi que de la durée pendant laquelle vous souhaitez opérer l’avion et décider du bon moment auquel vous devrez vendre votre appareil. À la fin votre objectif est simple, la part « financement » de votre coût d’acquisition doit être en adéquation par rapport au coût à l’heure de vol que vous vous serez fixé. Gardez à l’esprit que les avions les plus robustes, à savoir ceux dont la matière vieillit le moins dans le temps, les composites en tête, seront ceux qui décoteront le moins. Attention à la corrosion, notamment sur les avions issus de l’ULM dont la faible épaisseur de tôle n’a rien à voir avec celles des avions américains d’anciennes générations beaucoup plus résistants. Vous êtes perdu ? Un petit exemple ne fait pas de mal :

Vous achetez un avion en composite certifié CS-23 au tarif de 280 000€TTC avec un emprunt sur 10 ans au taux de 1% et un apport de 40 000€. L’emprunt vous coutera donc autour des 12 400€. Après avoir étudié les prix d’occasion des avions en composite CS-23, vous en concluez qu’une décote résiduelle de 3.75% par an est raisonnable. Vous appliquez cette décote seulement sur la cellule car vous savez que le groupe motopropulseur (30 000€) décote lui en fonction de son potentiel. Au bout de 10 ans vous décidez de revendre votre avion, à mi-potentiel moteur, selon votre calcul de décote soit environ 144 000€ (valeur cellule) + 15 000€ (valeur groupe motopropulseur) = 159 000€. L’acquisition sur 10 ans de votre avion vous aura donc couté en réalité 280 000 + 12 400 – 159 000 = 133 400€, soit 27€ de l’heure si vous voliez 500h par an. Attention, il s’agit bien d’un coût d’acquisition !! Les coûts d’opération (essence, maintenance…) sont bien à prendre en compte pour calculer un coût d’exploitation total, nous allons détailler cela plus bas.

Évidemment, en plus du tarif de votre avion de série, pensez à ajouter le prix des éventuelles options (équipement, peinture…), ou encore les frais liés au transport si vous devez faire livrer votre avion depuis une destination lointaine (que ce soit un long vol de convoyage ou par bateau). Dans le cas d’une importation depuis l’étranger, pensez aussi à vous renseigner sur les frais de douanes.

Pour finir, n’oubliez pas de prendre un peu de hauteur sur d’autres sujets connexes. Où sont produits les avions, dans quelles conditions ?

Les coûts d’opération

Souvent négligés et éclipsés par les seuls coûts d’acquisition, les coûts d’opération sont pourtant ceux qui auront le plus d’impact sur le coût de votre avion à moyen/long terme. En effet, comme expliqué plus haut, vous amortirez l’achat de votre avion un peu plus à chaque fois que vous volerez. En revanche les coûts d’opération sont inhérents à votre activité et les étudier en amont vous permettra in fine de les réduire et de voler à moindre coût.

Avant d’acheter un avion, il est primordial de vous pencher en détail sur les coûts d’opération que vous pourrez rencontrer. Les 2 critères les plus influents sur ces derniers seront la consommation en carburant et les coûts de maintenance. Pour réduire les coûts en carburant, privilégiez une motorisation récente à injection électronique plutôt que des moteurs à carburateurs et ne vous focalisez pas sur une motorisation trop puissante. Concernant les coûts de maintenance, ils seront impactés par le temps consacré par les mécaniciens sur votre futur avion. Plus l’avion sera complexe, sujet à la corrosion ou à la moisissure, plus ils passeront de temps sur votre avion, plus la facture sera salée. Plus il sera doté de trappes facilitant l’accès en maintenance, plus votre portefeuille vous en sera reconnaissant.

En plus des coûts mentionnés ci-dessus, des frais liés à l’assurance ou au hangar dans lequel l’avion sera hébergé s’ajouteront à la facture.

Vous l’aurez compris, le tarif horaire de votre avion dépendra des choix que vous aurez fait en amont de votre achat.

Les coûts d’exploitation

Comme vous vous en doutez, le coût de votre avion ne sera finalement pas le tarif indiqué au catalogue, mais une multitude de coûts répartis sur la durée d’utilisation de votre appareil. Les coûts d’exploitation qui découlent des coûts d’acquisition et d’opération se basent sur une multitude de paramètres qu’il vous conviendra d’étudier précisément avant de sortir le carnet de chèques. Pour résumer en une seule phrase, l’essentiel du prix d’un avion ne réside pas dans son prix affiché au catalogue, mais dans le montant qu’il vous coûtera dans le temps à faire voler.

Vue du pont de l'Île de Ré au décollage de La Rochelle

Comment connaître le prix d’un avion ?

Pour vous aider à vous lancer, voici une comparaison simplifiée qui illustre bien l’impact des coûts d’opération sur 20 ans, entre un Elixir neuf et un avion d’ancienne génération d’occasion, sur une base de 450 heures par an sur 20 ans. D’autres charges telles que l’assurance ou le hangar ne sont pas inclus dans cet exemple.

  Elixir neuf Avion d'ancienne génération d'occasion
Coûts d'acquisition (prix catalogue) 282.000€ TTC 50.000€ TTC
Coûts d'opération horaire (carburant + maintenance) 40€/h 140€/h
Coûts d'opération annuel 18.000€ 63.000€
Coûts d'exploitation sur 20 ans 642.000€ 1.310.000€

Acheter un avion d’occasion ou un avion neuf ?

Maintenant que vous avez une idée de l’utilisation de votre avion ainsi que du type d’avion que vous souhaitez acheter, il vous faut maintenant vous poser la question de son acquisition. Entre les avions neufs et les avions d'occasion, l'achat et la location, il existe de nombreuses possibilités !

Pourquoi acheter un avion d’occasion ?

    Les avantages de l’occasion :
  • Des tarifs d’acquisition plus bas,
  • Du recul en exploitation depuis de nombreuses années,
  • Peu de risque lié à la gestion du changement de flotte, les pilotes étant probablement déjà habitués à ce type de machine,
      Les inconvénients d’un avion d’occasion :
  • Des équipements de sécurité absents (parachute, réservoir anti-explosion…),
  • Des coûts d’exploitation beaucoup plus importants du fait de gros moteurs gourmands et d’avions plus complexes à entretenir. Des nuisances sonores considérables du fait de l’usage de grande hélice et de vieux moteurs
  • Le potentiel de certains éléments déjà « entamé » (moteur, cellule…)
  • Des éventuels dommages qui n’auraient pas été détectés (corrosion)
  • Une avionique souvent obsolète,
  • Des pièces détachées de plus en plus rares et chères

Pourquoi acheter un avion neuf de nouvelle génération ?

    Avantages des avions neufs :
  • Plus de sécurité grâce à des certifications et des équipements plus modernes,
  • Des coûts en carburant beaucoup plus faibles du fait de motorisations plus économes,
  • Des coûts de maintenance beaucoup plus faibles, surtout pour les appareils en composite,
  • Une attractivité plus forte face à d’autres activités concurrentes en dehors de l’aviation
  • La cote des avions en fibre de carbone reste stable sur le long terme
  • Tout est neuf, le potentiel n’est pas entamé
  • Des coûts plus faibles pour ceux qui volent beaucoup
    Inconvénients des avions neufs
  • Un dossier de financement plus long à monter
  • Un tarif catalogue plus élevé
  • Un engagement sur le long terme

2 avions en patrouille au coucher du soleil

Dans quels cas opter pour la location d’un avion ?

Parallèlement à la maturité de l’offre de location dans le secteur automobile, la location d’un avion est de plus en plus plébiscitée par les aéroclubs et les clients privés. Voici une liste non-exhaustive des avantages et inconvénients des formules de location d’un avion :

    Les avantages de la location
  • Un dossier de financement plus simple à monter
  • La maintenance est en partie incluse
  • Un avion neuf à moindre coûts à court terme
    Les inconvénients de la location
  • Plus onéreux sur le long terme
  • Restrictions de certains déplacements ou activités
  • Engagement sur un nombre d’heures
  • Pas ou peu de possibilités de personnalisation

Faut-il mieux louer ou acheter un avion ?

Il n’y a pas de formule miracle. Chacune des 2 formules présente des avantages et des inconvénients. Avant de faire un choix entre la location et l’achat d’un avion (qu’il soit neuf ou d’occasion), il vous faudra auparavant répondre aux questions suivantes :

  • Combien d’heures par an l’avion en question va voler ?
  • Comment comptez-vous financer ce nouvel appareil ?
  • Quelles sont vos ressources financières à l’instant T ?
  • Disposez-vous d’un mécanicien ou y-a-t-il un atelier de maintenance à proximité ?
  • De quels équipements souhaitez-vous impérativement disposer dans votre avion ?
  • Renouvelez-vous votre flotte régulièrement ?

Bien évidemment, cette liste est non exhaustive et d’autres facteurs propres à votre situation peuvent s’ajouter à cette liste et faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

Quels autres éléments prendre en compte lors du choix d’un avion ?

Sans rentrer dans les détails, voici une liste non-exhaustive d’autres équipements qui se révèleront intéressants à l’usage. On peut les classer dans 2 grandes catégories :

    Confort

Ces équipements peuvent se révéler très utiles, en particulier si vous souhaitez utiliser votre avion pour voyager.

  • Glass cockpit
  • Pilote automatique
  • Palonniers réglables en vol
  • Siège réglable individuellement
    Environnement

En limitant votre consommation, vous ferez non seulement des économies mais vous limiterez également vos rejets de CO2. Quant aux nuisances sonores, elles peuvent se révéler importantes dans le choix d’un avion si ce dernier sera basé sur un aérodrome où le voisinage est attentif aux mouvements d’aéronefs. 2 équipements peuvent êtres intéressants dans ce cas :

  • Injection électronique
  • Hélice tripale

Quelles sont les principales choses à savoir avant d’acheter un avion ?

Pourquoi acheter un avion ?

Les raisons d’acheter un avion sont multiples. Pour un pilote privé qui vole beaucoup, acheter un avion vous permettra de voyager plus souvent à moindre coûts, et surtout, quand vous voulez ! Pour un aéroclub, l’achat d’un avion répond la plupart du temps à un besoin de renouvellement ou d’agrandissement de sa flotte, afin de proposer un avion à moindre coût pour des vols de formation, de tourisme ou de voyage.

Quel type d’avion choisir ?

Il faut avant tout choisir un avion qui correspond à ses besoins. Un avion robuste et économique pour la formation, un avion rapide, confortable et bien équipé pour le voyage, un avion avec une excellente visibilité pour les vols de tourisme.

Combien coûte un avion ?

Le coût d’un avion est variable et dépend de nombreux facteurs. De quelques dizaines de milliers d’euros pour de vieux avions d’occasion, à plus de 800.000 € pour certains quadriplaces à grosse motorisation.

Acheter un avion d’occasion ou un avion neuf ?

Un avion d’occasion sera rarement plus économique, même à court terme, car les coûts de maintenance sont rarement impactés directement sur le prix de revente.

Essayez l'Elixir !

Réservez votre journée découverte dès maintenant.

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Indiquez votre adresse mail ci-dessous pour recevoir nos actualités directement dans votre boîte mail.

 
Drapeau de l'Europe
Ce projet a été subventionné par le programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union Européenne dans le cadre de la convention de subvention n°872440.
Drapeau de l'Europe
Ce projet a été subventionné par la région Nouvelle Aquitaine dans le cadre du soutien aux projets d’innovation et de recherche et développement. N°2017/NA-P-DEE/DPI-91.